Bienvenue sur le blog de Luc Charles-Dominique

Professeur d’Ethnomusicologie à l’Université Nice-Sophia-Antipolis

DSCN1329

Membre de l’Institut Universitaire de France

Contact :

UFR LASH – Université de Nice Sophia Antipolis
98 BD Edouard Herriot – 06204 NICE cedex 3

mailto:luc.CHARLES-DOMINIQUE@unice.fr

CV Synthétique Français-Anglais

CV Synthétique Français-Anglais

CV Détaillé (Réactualisé le 23 décembre 2015).

ACTUALITÉ

• Actualité institutionnelle : pourquoi je ne siègerai plus jamais dans un comité de sélection

Cette année, je devais siéger dans un comité de sélection à l’Université de Rennes 2 pour un poste de Maître de conférences en ethnomusicologie.

Mais au dernier moment, j’ai été exclu de ce comité au motif que le Conseil d’État a publié un nouvel arrêt (fin 2016) recommandant aux universités de ne plus faire siéger dans les comités de sélection des enseignants chercheurs qui auraient dirigé les thèses de candidats se présentant sur le poste.

À Rennes, j’en avais deux. Mais à l’avenir, j’en aurai probablement plus encore.

Jusque-là, quand nous étions dans ce cas, nous ne rapportions pas sur les candidats en question mais rien ne nous empêchait ensuite de délibérer.

Cette nouvelle mesure vient se rajouter au précédent arrêté sur le doctorat qui interdit aux directeurs de thèses de prendre part aux délibérations.

Il est vrai que nous sommes des gens très peu recommandables, fondamentalement fourbes et manipulateurs (les étudiants prennent d’ailleurs beaucoup de risques à passer plusieurs années en notre compagnie !). Dans notre corps de métier, c’est l’amoralité qui prédomine. Il est donc normal que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et maintenant le Conseil d’État nous sanctionnent. Mais ce n’est pas encore assez : je pense que la Commission européenne et l’ONU devraient s’y mettre également. On n’est jamais trop prudent…

Au passage, remarquons ici la grande subtilité du Conseil d’État : si toutes les universités décident d’appliquer cet arrêt, en ce qui concerne notre discipline, étant donné que nous sommes très peu d’ethnomusicologues directeurs de thèses et qu’il y a d’assez bonnes chances pour que, les uns comme les autres, nous ayons d’anciens étudiants dans les candidats à un poste, quasiment plus aucun ethnomusicologue ne pourra alors siéger dans un comité de sélection pour un poste d’ethnomusicologie. Cela réduira alors fortement les possibilités d’une représentativité minimum de spécialistes de la discipline dans ce genre d’instances. Mais ce n’est pas grave : il reste encore assez de chimistes et de professeurs de STAPS pour recruter de futurs ethnomusicologues.

En attendant, et comme personne n’est tenu de participer d’office à ces comités de sélection, j’ai décidé de ne plus jamais y participer.

D’autant que participer à un tel comité demande du travail d’examen des dossiers de candidature et, souvent, du temps de transport pour se rendre aux réunions (et parfois, comme dans les universités de Bretagne au moins, des frais qui ne vous sont pas remboursés, comme les frais – élevés – de parking d’aéroport. Pourquoi ? Parce que c’est ainsi !). L’art d’être doublement méprisé…

Alors, Chers Collègues, n’essayez plus de me contacter, ce sera peine perdue.

Le bulletin de vote sera ma sanction en cette année 2017. Cette décision, ma sanction en règle générale à l’avenir. J’en ai ASSEZ de subir l’humiliation au quotidien…

• Une nouvelle publication

2016 : « Jongleresses, ménétriers et musiciennes de rue en France : quelques repères », Musique-Images-Instruments, n°16, « Itinérances musicales romantiques ».
(2015) « Les hauts et les bas instruments : pour une anthropologie du sonore », in Welleda Muller (dir.), L’instrumentarium du Moyen Âge. La restitution du son, Paris, L’Harmattan, p. 13-26.

La conférence au colloque 2015 de l’IUF (Montpellier) 

• Conférence au 1er Séminaire national d’Ethnomusicologie de la France (Pau, novembre 2015)

• Une nouvelle publication chez Cambridge University Press

« Traditional Music and its Ethnomusicological Study », in The Cambridge Companion to French Music, edited by Simon Trezise, Cambridge University Press, 2015, p. 245-270.

• Retrouvez Luc Charles-Dominique dans l’émission Carnet de Voyage (France Musique), « Une ethnomusicologie de la France : entre histoire et mémoire »

http://www.francemusique.fr/emission/carnet-de-voyage/2014-2015/la-musique-du-monde-notre-porte-la-gascogne-03-29-2015-12-01

• Nomination à l’Institut Universitaire de France

Luc Charles-Dominique a été nommé à l’Institut Universitaire de France dans la catégorie Senior pour une durée de 5 ans, à partir du 1er octobre 2013.

Le projet de recherche qu’il développera est intitulé :

« Histoire générale et anthropologie des musiques populaires en France ».

Cette recherche fondamentalement interdisciplinaire se propose d’examiner les rapports de l’ethnomusicologie et de l’histoire, en contribuant, dans un premier temps, à l’étude et l’écriture d’une histoire des musiques tsiganes en France depuis le xve siècle, puis à la réécriture totale de l’histoire des musiques populaires autochtones « ménétrières » françaises, enfin en examinant leurs interrelations organologiques et musicales à la lueur des musique tsiganes actuelles d’Europe centrale ; puis, dans un second temps, en faisant l’anthropologie de la patrimonialisation des musiques populaires en France depuis le xixe siècle. Cette interdisciplinarité, cette inter-temporalité active entre le passé de l’historien et le présent du terrain de l’ethnomusicologue donnera lieu à l’écriture conclusive d’un traité théorique et méthodologique sur les liens de l’ethnomusicologie et de l’histoire. Ce projet, dont la réalisation dépasse le cadre quinquennal de l’IUF, donnera lieu à des colloques, journées d’études, publications personnelles et collectives.

• Entretien-portrait dans le numéro 25 des Cahiers d’Ethnomusicologie :

Bruno Messina a publié un entretien-portrait de Luc Charles-Dominique, dans le numéro 25 des Cahiers d’Ethnomusicologie (« Une histoire ethnomusicologique : entretien avec Luc Charles-Dominique », p. 219-244.

Entretien Cahiers 25

• On trouve tout sur Internet !

Le Concert du Conservatoire Occitan de Toulouse (direction musicale Luc Charles-Dominique) au MIDEM de Cannes en 1991. Deux émissions diffusées pour la première fois sur France Culture les 13 et 18 mai 1991.

http://www.franceculture.fr/emission-la-nuit-revee-de-la-nuit-revee-de-ben-vautier-2013-05-26

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s