L’ETHNOMUSICOLOGIE DE LA FRANCE. DE L’«ANCIENNE CIVILISATION PAYSANNE » À LA GLOBALISATION.

Actes du colloque de Nice 15-18 novembre 2006,

Paris, L’Harmattan, 2008, 496 pages.

Prix à l’unité : 43€.

A commander à :

diffusion.harmattan@wanadoo.fr

Fax : 01 43 25 82 03.

couverture

Un ouvrage pionnier pour dresser un bilan scientifique mais aussi pour repenser, à partir d’un regard pluridisciplinaire (25 chercheurs en sciences humaines et sciences sociales), l’objet, les méthodes et les outils d’une ethnomusicologie en plein bouleversements, celle d’un espace (la « France ») totalement reconsidéré et abordé dans sa dimension multiculturelle, ouvert sur les DOM et TOM et le vaste univers de la francophonie.

Avant-propos de l’ouvrage (Texte intégral)

 

L’ethnomusicologie s’est en grande partie élaborée en Europe, notamment dans sa phase « pré-historique » romantique. Était alors prise en compte l’étude des « traditions nationales » portées par l’ « ancienne civilisation paysanne ». En France, au xxe siècle, des ethnomusicologues ont décidé de poursuivre l’étude des sociétés rurales de la France métropolitaine, assurant d’une certaine manière la transition avec le folk-revival, apparu il y a environ quarante ans, et qui a en grande partie contribué à faire des musiques et danses traditionnelles des régions de France un champ patrimonial, à partir d’une formidable action de recueil et de valorisation de la mémoire.

Aujourd’hui, alors que nous sommes dans la seconde génération de ce revival ou peut-être déjà dans un ère post-revivaliste, le constat est celui d’un glissement des objets d’étude et des terrains de recherche en direction d’expressions musicales et chorégraphiques multiculturelles, communautaires ou non, dont les cadres sont plus largement urbains ou suburbains. La « France » s’est élargie à un large espace francophone totalement multiculturel, incluant les territoires d’outre mer et les anciennes colonies. Le concept de « musiques et danses traditionnelles », en l’espace de deux décennies tout au plus, a connu une évolution fulgurante.

Ce colloque, totalement pionnier, tente à la fois de réfléchir à l’histoire particulière de l’ethnomusicologie de la France, à son héritage scientifique et intellectuel, mais aussi à l’évolution moderne des problématiques et des méthodes de recherche liée à celle des terrains d’enquêtes. Pour ce faire, vingt-cinq chercheurs (ethnomusicologues, ethnologues, sociologues, historiens, actuels et ex-responsables institutionnels) jettent ici les bases d’une redéfinition pluridisciplinaire des objectifs, des enjeux et des méthodes de cette ethnomusicologie de la France. 

 

 

 

 

SOMMAIRE

Des collectes romantiques au folk-revival : l’héritage

« Patrice Coirault : d’une “tête chercheuse” d’hier aux promoteurs d’aujourd’hui » (Marlène Belly)

« Du département d’ethnomusicologie du Musée National des Arts et Traditions Populaires au “secteur musiques” du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée : l’ethnomusicologie a-t-elle (toujours) sa place dans un musée de société ? » (Marie-Barbara Le Gonidec)

« Présences du passé : le renouveau des musiques “anciennes”. Sources et retours aux sources » (Antoine Hennion)

« Horlogers des sons : musique et politique au tournant des années quatre-vingt » (Michel de Lannoy)

« Temps politiques, revivalisme, patrimoine » (Jean-Yves Boursier)

« Perpétuations inventives : la mémoire, l’archive et le chant basque » (Denis Laborde)

Croisement des disciplines et théorisation : épistémologie et méthodologie

« L’apport de l’histoire à l’ethnomusicologie de la France » (Luc Charles-Dominique)

« L’ethnomusicologie, la musicologie et l’organologie, vecteurs de la recréation du jeu de la musette baroque » (Jean-Christophe Maillard)

« Le jeu moderne des cornemuses à miroirs du Limousin » (Éric Montbel)

« Récits du hautbois dans la fête : histoire d’une résistance et résistance à l’Histoire » (Pierre Laurence)

« Retour à Vievola. Des archives au terrain (1967-2007) » (Cyril Isnart)

« “Las chançons del temps de mon grand-paire” – Les chansons du temps de mon grand-père » (Françoise Étay)

« Perspectives croisées : Ethnoscénologie et ethnomusicologie ou le dialogue des disciplines » (Nathalie Gauthard)

« Le sens des constructions polyphoniques dans les Pyrénées gasconnes » (Jean-Jacques Casteret).

Évolution des terrains et des problématiques et émergence du multiculturalisme : nouveaux axes de recherche 

« Pour une ethnographie de pratiques musicales » (Lothaire Mabru) 

« Ethnomusicologie rapatriée et vie musicale des lieux et des groupes » (Jean Molino)

« Du recueil de chansons populaires au MP3 : nouveaux supports, nouvelles pratiques, nouvelles enquêtes en Bretagne » (Yves Defrance)

« L’état des recherches germanophones sur la chanson francaise » (Ursula Moser)

« Le ralenti comme instrument de connaissance : filmer les chants gitans » (Caterina Pasqualino)

« L’intérêt actuel pour la culture yiddish et ses musiques. Entre découvertes et redécouvertes, dans et hors des mondes ashkénazes » (Carole Lemee)

« Patrimoines musicaux des Juifs de France : état des lieux, collecte et valorisation » (Hervé Roten)

« Se souvenir certes, mais de quoi et comment ? Une réflexion sur les stratégies identitaires et sur la création des patrimoines musicaux » (Monique Desroches)

« Musiques populaires, néo-traditions et politiques culturelles à La Réunion : bilan, enjeux et perspectives d’une ethnomusicologie trentenaire » (Guillaume Samson)

« Musiques rituelles des cultes vodùnoïdes de Guyane » (Oxaï Roura)

« La Haute-Taille, un paradigme de créolisation » (David Khatile)

Présentation des auteurs et résumés des communications

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s